Dossiers thématiques

L'archéologie en Picardie

Imprimer
ex-voto-2

Le musée d'Art et d'Archéologie conserve et expose le produit de découvertes archéologiques effectuées dans l'arrondissement de Senlis et en Picardie depuis le XIXe siècle. Lors de son séjour à Compiègne, en 1857, l'empereur Napoléon III visita les vestiges antiques de la forêt de Compiègne, en particulier le site gallo-romain de Champlieu (Ie-IIe siècles). Il fit appel à Viollet-le-Duc pour y diriger des fouilles à partir de 1859. Dès lors, l'Oise connut plusieurs campagnes archéologiques qui mirent en évidence les cimetières francs de Chelles et de Jaulzy. Les fouilles effectuées au XIXe siècle, notamment à l'oppidum du Tremblay, à Verneuil-en-Halatte, mirent au jour la plupart des objets se rattachant à l'âge du Bronze, exposés dans la salle archéologique du musée.

 

Fondé en 1862 et composé d'érudits locaux, le Comité archéologique de Senlis s'attache dès ses débuts à réunir des documents et objets archéologiques. Cette société savante effectue à partir de 1865, sous l'impulsion de Félix Vernois, le dégagement de l'amphithéâtre-théâtre de Senlis, que l'on désigne sous le vocable d'« arènes » qui sont encore de nos jours la propriété de la Société d'Histoire et d'Archéologie . Ces travaux de déblaiements qui ont perduré jusqu'en 1889, ont permis de mettre au jour du mobilier archéologique et des sculptures conservés au musée. Des fouilles méthodiques, avec relevés, ont été reprises en 1943 par l'archéologue Georges Matherat.

 

ex-voto-(1)Depuis la fin de la seconde Guerre mondiale, le produit des fouilles des nécropoles de Picardie, Chambly, Montataire, Néry, Ivors ou Sacy-le-Petit, est venu enrichir les collections en même temps que des dépôts des musées nationaux (Guimet) et de la DRAC Picardie (Neuilly-en-Thelle).


Entre les années 1970 et 2000, un archéologue municipal, Marc Durand, a travaillé sur plusieurs sites de la ville : impasse du Courtillet, église Saint-Pierre, palais épiscopal, ancien prieuré Saint-Maurice et à proximité de Senlis, au temple gallo-romain de la forêt d'Halatte. Ses découvertes sont également exposées au musée d'Art et d'Archéologie.

 

[1] En 1927, le Comité archéologique a été rebaptisée Société d’Histoire et d’Archéologie de Senlis