Gustave PARQUET

Imprimer

Découplé de l’équipage Picard Piqu’hardi en forêt de Compiègne aux Mares-de-Jaux

Découplé de l’équipage Picard Piqu’hardi en forêt de Compiègne aux Mares-de-Jaux

Entre 1890 et 1893

Huile sur toile

H. 1,64 ; l. 2,94 m

Inv. V.2000.16.1

 


Peintre de la vénerie de Napoléon III, Gustave Parquet (Beauvais, 1826 ; Paris, 1908) poursuit son œuvre sous la IIIe République. De nombreux équipages privés reprennent alors le faste des chasses royales et princières, auquel la première guerre mondiale mettra un terme. C’est le cas du rallye Picard Piqu’Hardy, sous le fouet des vicomtes de Chézelles. Notre tableau a été commandé par Gaëtan de Chézelles pour la salle à manger de son château de Glaignes.

 

Ce tableau témoigne du maintien des rites de la chasse à courre malgré le changement de régime. L’ensemble s’apparente à la photographie d’une réunion mondaine prise sur un fond de paysage reconstitué. Avec ses personnages en silhouette, elle évoque une scène de ces théâtres d’ombre, en vogue à la fin du XIXe.